Ukraine/Russie - Extrait du point de presse du porte-parole

22 septembre 2014

PNG

Q - Quelle est votre réaction à la déclaration du vice-premier ministre russe Dimitri Rogozine sur le Mistral ? Il a promis de garder la poupe du Mistral, qui a été construite en Russie, si la France annulait le contrat.

R - Je vous renvoie aux déclarations du président de la République à l’occasion de sa conférence de presse du 18 septembre : "Pour les Mistral qui devaient être livrés à la fin du mois d’octobre, j’ai dit que, dans les circonstances actuelles, ce n’était pas possible. Mais si le cessez-le-feu est respecté, si le processus de règlement est achevé, alors ils pourront être livrés, et le contrat exécuté. Mais nous n’en sommes pas là."

Q - Comment évaluez-vous la situation dans l’est de l’Ukraine après des entretiens réguliers à Minsk ? Avez-vous remarqué des signes de désescalade ?

R - La France soutient toutes les initiatives susceptibles de consolider le cessez-le-feu et de parvenir à une solution politique, dans le prolongement des accords du 5 septembre à Minsk, qui doivent être mis en œuvre par toutes les parties.

Aux côtés de ses partenaires, la France est mobilisée en vue de parvenir à un règlement pacifique de la crise en Ukraine, respectueux de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine et d’un dialogue inclusif.

Elle se tient prête à contribuer à ce processus, notamment dans le format dit "de Normandie" et dans le cadre de l’OSCE.

publié le 20/02/2015

haut de la page