Ukraine/Russie - Extrait de l’entretien de Laurent Fabius avec "Le Figaro"

Ukraine/Russie - Extrait de l’entretien de Laurent Fabius avec "Le Figaro"
Le 25 août 2014

La politique consistant à alterner dialogue et pression n’a pas l’air de fonctionner avec Vladimir Poutine. Les diplomaties occidentales n’ont-elles pas sous-estimé la capacité de nuisance du président russe ?

Dans cette situation compliquée et dangereuse, notre but est d’arriver à une solution qui permette un cessez-le-feu, le contrôle des frontières, un projet politique et de développement équilibré pour l’Ukraine. Vis-à-vis de la Russie de Vladimir Poutine, il y a deux bornes à ne pas franchir. La première, qu’une certaine frange extrême franchirait volontiers, consiste à considérer que l’action du Kremlin est par nature toujours légitime, que les Russes étant nos amis, ils peuvent tout se permettre et même davantage ! Ce n’est pas renier nos relations historiques et stratégiques avec la Russie que de refuser qu’un pays viole les frontières d’un autre ! À l’inverse, allons-nous déclarer la guerre à la Russie ? Absurde !

Entre ces deux bornes, il y a tout l’échelonnement des discussions et des sanctions. L’Ukraine doit pouvoir vivre en bons termes avec la Russie, sa voisine, et avec l’Union européenne, qui est également sa voisine. Cet objectif est difficile à atteindre et la France ne sous-estime pas la difficulté. En Russie, le sentiment nationaliste a été exacerbé, il est ardu de le faire retomber. En Ukraine, de même.

La France, elle, doit être fidèle à ses principes : l’intégrité territoriale, le respect du droit international, la recherche de la sécurité et de la paix. En favorisant le dialogue et la désescalade, comme le président français n’a cessé de le faire.

publié le 20/02/2015

haut de la page