Ukraine - Réponse de M. Thierry Repentin, ministre délégué chargé des affaires européennes, à une question à l’Assemblée nationale [uk]

Paris, 28 janvier 2014

« Monsieur le Président,

Monsieur le Député et président du groupe d’amitié France - Ukraine,

Mesdames et Messieurs,

La semaine dernière, le président de la République française s’est exprimé avec la plus grande fermeté à l’égard des violences contre les manifestations qui ont eu lieu à Kiev et il a appelé l’Ukraine à y mettre fin par la voie du dialogue et de l’apaisement.

Vendredi dernier, Laurent Fabius a convoqué l’ambassadeur d’Ukraine à Paris pour souligner aux autorités ukrainiennes que l’évolution de la situation était, à nos yeux, inacceptable et pour faire part de notre inquiétude sur les récentes évolutions juridiques à Kiev.

La concertation avec nos partenaires européens, je vous le dis Monsieur le Député, elle est permanente de la part de Laurent Fabius comme de moi-même. Je m’entretenais avec mon homologue britannique juste avant de venir assister aux questions d’actualité à l’Assemblée nationale. Les institutions de l’Union européenne elles-mêmes sont pleinement impliquées, le commissaire Füle, commissaire à l’élargissement, était hier à Kiev. Il y a une réunion cet après-midi entre l’Union européenne et la Russie et nous sommes très attentifs à cette mobilisation. Les États membres sont mobilisés en bonne intelligence avec les services de la commission pour contribuer à une sortie de crise.

Notre position reste la même, nous appelons au dialogue entre M. Ianoukovitch et les représentants de l’opposition avec lesquels nous sommes en contact régulier. Effectivement, je suis allé rencontrer les membres de l’opposition à Kiev ainsi que les membres du gouvernement.

Grâce à cette vigilance, les lois liberticides, les lois qui ont été prises la semaine dernière pour limiter les manifestations, ont été abrogées ce matin. Cet après-midi, la Rada (session parlementaire) se tient à Kiev pour l’amnistie des manifestants.

Mesdames et Messieurs, la France n’a pas changé de position, nous continuerons à contribuer au retour du dialogue, à la fin des violences et nous serons vigilants à ce que les Ukrainiens seuls choisissent leur destin./. »

publié le 20/02/2015

haut de la page