Ukraine - Réponse de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, à une question à l’Assemblée nationale

Paris, 29 avril 2014

Madame la Présidente,

Désescalade, voilà le seul objectif raisonnable et, puisque vous m’interrogez sur ce point, c’est l’objectif que poursuivent la diplomatie européenne et la diplomatie française.

Qu’attendons-nous comme geste de la part des autorités russes ? Que la souveraineté à laquelle ils sont, à bon droit, attachés pour eux-mêmes soit respectée par eux en ce qui concerne les pays limitrophes et notamment l’Ukraine.

C’est précisément parce qu’ils n’acceptent pas, pour le moment, de respecter cette souveraineté que l’Europe et la France ont pris des sanctions. Nous sommes dans le niveau 2 et il est possible que vendredi prochain ou la semaine prochaine il y ait une réunion des ministres des affaires étrangères pour examiner la situation et, éventuellement, aller plus loin.

Vous avez raison d’insister sur l’élection présidentielle du 25 mai. Peu de monde en parle et pourtant c’est la solution. Lorsque l’on se trouve dans une telle situation de crise, il n’y a pas d’autre solution que de faire appel à la population. Il y a 23 candidats à cette élection présidentielle. Parmi eux, plus de la moitié provient du Sud et de l’Est de l’Ukraine et il y a les deux représentants des partis d’opposition parlementaire que sont le parti communiste et le parti des régions. Il faut laisser la possibilité au peuple ukrainien de voter.

Désescalade, sanctions si cette désescalade n’existe pas, préparation de l’élection présidentielle, nouvelle Constitution : c’est la seule voie possible pour éviter les incidents tragiques qui peuvent découler de la situation actuelle./.

publié le 20/02/2015

haut de la page