Ukraine - Point de presse du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères

Paris, 7 juillet 2014

PNG

Q - Certains médias ont cru voir dans les propos de l’ambassadeur de France en Russie, dans son entretien avec l’agence Interfax, une reconnaissance de l’annexion de la Crimée par la Russie et un retour à la coopération avec le pays sous la forme du G8. Peut-on considérer la déclaration de M. Jean-Maurice Ripert comme étant la position officielle de France ?

R - L’ambassadeur de France en Russie a réitéré, à l’occasion d’un entretien publié le 2 juillet par une agence de presse, la position constante de la France en faveur du respect de la légalité internationale et de la souveraineté de l’Ukraine.

Q - Où et quand pourrait avoir lieu, dans le cadre du groupe de contact, une réunion entre l’Ukraine, la Russie, avec le soutien de l’OSCE ? La chancelière allemande soutient la participation à ce dialogue, ainsi que l’ancien chef de l’administration présidentielle Viktor Medvedtchouk. La France partage-t-elle cette position ? Allez-vous participer à ces consultations avec des représentants des séparatistes ?

R - La France soutient le processus engagé au lendemain de la rencontre du président de la République avec Mme Merkel, M. Poutine et M. Porochenko à Bénouville le 6 juin dernier.

Les discussions trilatérales, qui associent l’Ukraine, la Russie et l’OSCE, doivent se poursuivre pour parvenir à un règlement pacifique de la crise, sur la base du plan de paix proposé par le président Porochenko et de la déclaration conjointe adoptée le 2 juillet à Berlin par M. Laurent Fabius et ses homologues allemand, ukrainien et russe. Comme l’a indiqué hier le ministre des affaires étrangères et du développement international, la première urgence est d’établir un cessez-le-feu./.

publié le 16/07/2014

haut de la page