Ukraine - Point de presse du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères

Paris, 4 juillet 2014

PNG

Q - Il y a beaucoup d’activités entre la France, l’Allemagne, la Russie et l’Ukraine à la suite de la réunion de Berlin. Quand la France dit qu’avec l’Allemagne elle est prête à faciliter l’application de l’accord sur la frontière avec l’OSCE, cela veut dire déployer des militaires ou des observateurs pour la frontière ?

R - La France, en partenariat avec l’Allemagne oeuvre très activement, avec Kiev et Moscou, à la recherche d’une solution politique négociée dans l’Est de l’Ukraine. La France a pu, dans la déclaration de Berlin adoptée par les ministres des affaires étrangères des 4 pays le 2 juillet, poser les bases d’un accord fondé notamment sur une reprise très rapide des travaux du groupe de contact associant Ukraine, Russie et présidence suisse de l’OSCE, sur la recherche d’un nouveau cessez-le-feu et sur un contrôle de la frontière.

Dans le cadre du processus de Bénouville, la France, avec ses partenaires, a appelé à la tenue d’une réunion du groupe de contact avant le 5 juillet dont le premier objectif sera la mise en oeuvre du cessez-le-feu par toutes les parties.

Tout doit être mis en oeuvre pour en assurer le contrôle et la pérennité, en particulier par les observateurs de l’OSCE. Des mesures de confiance devront également être mises en place pour la protection des frontières entre l’Ukraine et la Russie qui a autorisé la présence de gardes-frontières ukrainiens à deux points de passage sur son territoire.

Q - Vous demandez une réunion du groupe de contact avant le 5 juillet. Nous sommes le 4. Ce serait où et quand ?

R - Cette réunion est en cours d’organisation.

publié le 20/02/2015

haut de la page